Accueil > Supports Pédagogiques > L'e-reputation et facebook

L’e-reputation et facebook

La protection des jeunes face aux dangers liés à internet.
La protection des données personnelles - de la vie privé
L’identité numériques - l’e-réputation

L’e-reputation

  Mais en quoi consiste l’e-reputation ?

« La notion d’e-réputation prend aujourd’hui un essor fulgurant, surtout à l’heure du web2.0. L’e-réputation, encore appelée cyber-réputation, web-réputation ou réputation numérique » est un phénomène que les élèves méconnaissent presque totalement. Malheureusement certains profitent de certains comportements pour mettre à mal votre réputation ou profiter de vos fautes passées.
Il s’agit, en fait, tout simplement de suivre votre trace numérique sur le web par l’intermédiaire de vos productions personnelles sur internet : web 2.0 au sens large du terme (blogs, réseaux sociaux, site de partage de photographies, de vidéos, …) mais également vos articles (vos billets ou posts) sur le web.

 Quelques chiffres

En France, trois adolescents sur quatre sont membres de Facebook.

La moitié des ados publient des informations sur d’autres internautes sans leur consentement.

CALYSTO en partenariat avec la VOIX DE L’ENFANT publie , les résultats du 4e baromètre annuel « Enfants et Internet » :

Des statistiques réalisées sur du 10 mai au 17 juin 2010 sur un échantillon national de 35 000 collégiens, et lycéens âgés de 11 à 17 ans, ont permis de dégager les grandes tendances de l’utilisation de l’Internet par les enfants.

Elles témoignent notamment du fait que :

- 89% des 11-13 ans et 93% des 13-17 ans ont Internet à la maison

- 25 % des 11-13 ans et 18% des 13-15 ans passent plus de 3 heures par jour sur les messageries instantanées

- 55% des 11-13 ans et 75% des 13-17 ans ont désormais un profil Facebook contre 35% de collégiens en 2008-2009

- 87% des 11-13 ans et 80% des 15-17 ans qui déclarent jouer au jeux vidéos au moins une fois par jour, dont 25% des 11-13 ans en cachette de leurs parents après 22h00 !

- 26 % des 13-15 ans et 27% des 15-17 ans des collégiens téléchargent à la demande de leurs parents.


L’intégralité du Baromètre est disponible en cliquant sur ce lien : Baromètre Calysto Enfants &Internet décembre 2010

Aujourd’hui 1 ado sur 4 pense qu’il aura honte dans dix ans

En 2010, 25% des adolescents âgés de 13 à 18 ans estiment que dans dix ans ils auront honte de ce qu’ils font sur Internet (sondage de la communauté en ligne Habbo en collaboration avec Norton.)

Basé sur un panel de 61.000 personnes âgées de 13 à 18 ans dans trente-trois pays, l’étude met en lumière le comportement des adolescents sur la Toile. D’après eux, 50% des parents ne limitent jamais ou que très rarement leur utilisation d’Internet. Seuls 15% d’entre eux n’ont pas le droit d’utiliser l’ordinateur dans leur chambre.

Près d’un quart (24%) des répondants indiquent avoir été témoins de comportements de harcèlement envers une de leurs connaissances au moins une fois par mois. Face à ce constat, les adolescents français semblent se protéger. 38% d’entre eux ne divulguent jamais de données personnelles les concernant contre 24% à l’échelle mondiale. Seuls 13% des jeunes Français dévoilent leur véritable identité sur Internet versus 26% dans le monde.

  Les réseaux sociaux font partie de la vie des ados

Il est bien sûr plus facile de compter combien d’élèves ne sont pas sur Facebook dans une classe que l’inverse ;-).
Les réseaux sociaux comme celui-ci, ou Skyblog, font parti du quotidien des ados aujourd’hui. Ils s’y retrouvent pour discuter, partager leurs humeurs, leurs photos, leurs liens vers Internet et trouver de nouveaux amis.

Leur première visite sur ce grand réseau américain est souvent pour faire comme les grands frères, grandes sœurs, ou comme les copains de classe. Les plus impatients trichent un peu sur leur âge car Facebook est officiellement interdit au moins de 13 ans.
L’outil est pour certains, déjà habitués au chat, un moyen de discuter avec des amis qui ne sont pas sur MSN.

- Une vitrine de soi-même sur Internet

Au-delà de l’outil de communication, Facebook permet de développer ses tribus, sa communauté, ses fans et la vitrine de soi-même sur internet. Les ados comptent précieusement leurs “amis” et même s’ils avouent ne pas vraiment connaître tout le monde.

Ici la quantité prime sur la qualité et le nombre d’amis s’analyse comme un crédit de popularité. C’est la même chose pour le nombre decommentaires. Plus un “post” (court billet d’humeur) suscite de réactions de son réseau, plus on se sent aimé et populaire.

- Les ados ne confondent pas la réalité et ses images

Créer des petits films est donc devenu monnaie courante pour les adolescents. Ils sont également grands consommateurs de vidéos sur Internet. Pour autant, remarque Serge Tisseron (psychiatre, psychanalyste, docteur en psychologie et directeur de recherches à l’université Paris X), “la majorité des jeunes, aujourd’hui, ne confondent pas la réalité et ses images.

D’ailleurs, de façon générale, la plupart des adolescents ne se posent plus guère aujourd’hui la question qui préoccupait si fort leurs aînés : les images sont elles vraies ou fausses ?” Pour ce docteur en psychologie, “ils l’ont remplacée par une nouvelle interrogation qui a l’avantage de correspondre aussi bien aux documentaires qu’aux fictions : ils se demandent comment elles ont été fabriquées.”

- Sur Internet, les adolescents jouent avec leur image

Aujourd’hui, les enfants et les adolescents voient leur image régulièrement sur des écrans (la télévision, l’ordinateur…). Le miroir n’est plus leur seul reflet. Et cela a un impact, selon Serge Tisseron : “Les jeunes rattachent ainsi beaucoup moins leur intimité et leur identité à la représentation visuelle d’eux-mêmes.”

Deux grandes conséquences à cela, pour le psychologue : “Ils jouent avec les images qui les représentent, et ils proposent volontiers des images fantaisistes d’eux-mêmes sur Internet afin d’en tester la validité auprès des autres internautes.”

Une mise en scène souvent contrôlée : les adolescents prennent la pose sur leur blog, et multiplient les photographies d’eux sur leur profil Facebook, recherchant les commentaires ou tout simplement l’approbation d’autres internautes (via le fameux “j’aime” du réseau social).

Une manière de se mettre en scène souvent très contrôlée, selon Sociogeek, une étude réalisée en 2008 sur les réseaux sociaux (1). Si les moins de 20 ans sont généralement plus impudiques que leurs aînés dans les photos qu’ils choisissent de dévoiler, ils se mettent également en scène de manière étudiée, en se montrant volontiers dans des poses décontractées, festives, théâtrales et expressives, pour donner une image d’eux positive et ouverte.

(1) Etude réalisée par la Fing, Orange Labs et Fabernovel.

- Ce qui est moins contrôlé, c’est la diffusion
Apprendre à publier sans avoir à le regretter plus tard est important et les ados qui s’approprient ces outils sont de plus en plus invités à mieux se protéger.

 Mais alors pourquoi prendre des précautions, qu’est-ce qu’on risque ?

- Panel des risques / nécessité d’encadrer

 Comment encadrer

- Les conduites à tenir pour les adultes, éducateurs, animateurs, parents ...

- Les outils à dispositions / contrôle / protection ...

- Les liens / sites utiles ...

- Les conseils / discutions / débats / avec les jeunes

 Proposition d’activité / jeux pour découvrir les enjeux de l’e-reputation, des dangers liés à internet, la téléphonie mobile ...

- Soit utiliser la plateforme http://www.internetsanscrainte.fr/e... [http://www.internetsanscrainte.fr/e...]

- Soit créer des scénarios théâtralisé en live



yannickburlot,
date de publication : 11 juin 2012,
date de dernière mise à jour : 15 mars 2011


Soutenez l'association en partageant cette page autour de vous :

Voir également :



Derniers commentaires