Accueil > Supports Pédagogiques > Le Killer sur Smartphone

Le Killer sur Smartphone

Explications sur l’adaptation d’un jeu très connu en une version Smartphone.

« The Killer », une nouvelle façon de jour au jeu du killer avec des sensations différentes mais pas seulement.

Pour commencer cet article, il faut bien expliquer ce qu’est le jeu du killer aux non initiés.

Ce jeu se joue avec un nombre quelconque de joueurs (avec tout de même un minimum de deux joueurs mais il est conseillé de commencer avec plus de six joueurs). Chacun reçoit une cible et une mission, de manière à former une boucle parmi les joueurs à tout instant.
L’objectif est simple : tuer sa cible en réalisant sa mission. Une fois sa cible morte, on récupère sa cible et sa mission. Le jeu se poursuit jusqu’à ce qu’une seule personne est encore en vie.

JPEG - 190.2 ko
Le cercle des missions
Schéma représentatif d’un cercle de missions.

 Très bien, mais alors à quoi sert une adaptation sur Smartphone ?

L’un des problèmes principaux du jeu est l’interprétation des missions, les conflits liés à la réalisation des missions, etc.
L’idée est donc de créer un arbitre impartial et intraitable. Et pourquoi pas utiliser de l’informatique (et oui car un ordinateur comme un Smartphone est vraiment bête dans le sens qu’il ne fait que ce qu’on lui a vraiment demandé de faire). Il faut avour que le choix du Smartphone s’est fait pour la facilité ou plutôt pour avoir un projet réalisable en six mois par 7 étudiants en période scolaire, non encadrés et sans grandes connaissances préalables (dure comme contrainte).
Le deuxième objectif d’une telle application est de pouvoir mettre en relation des joueurs voulant participer à une partie.

 Comment procéder donc ?

L’idée est donc d’utiliser les Smartphones et que chaque joueur en ait un. Mais comment les mettre en relations ? —> un serveur en se servant d’internet.

PNG - 1.9 Mo
Schéma simplificatif
Explication des échanges principaux

Vous allez me demander (en ayant raison) : mais pourquoi il y a bluetooth qui apparait en communication entre les smartphones alors qu’on pourrait simplement passer par le serveur ?

Ah ! C’est juste que j’ai oublié de parler des missions. En effet, le point clé est de mettre en place des missions que le Smartphone lui même peut vérifier.
Et la première mission qui est apparue est celle de reconnaissance de proximité, et pourquoi pas utiliser ce que nous propose le Smartphone : le Bluetooth.
Un problème ? Oui, on produit beaucoup plus d’onde (donc une plus grande exposition), la batterie se consomme plus rapidement (un scan de détection est gourmand) et aussi le Smartphone est programmé pour n’être détectable que pour une durée maximale de 300 secondes (il faut redemander obligatoirement à l’utilisateur son autorisation)
Il faut donc envisager d’autres missions : pourquoi pas le GPS ? (aïe, on a besoin d’activer quelque chose qui permette de nous localiser, sympa la vie privée).
Une solution, sans rajouter d’autres ondes que celles nécessaires pour internet est d’utiliser internet et en passant par le serveur pour contacter l’autre Smartphone. Et pourquoi pas devoir faire agiter violemment son Smartphone pour le tuer ? (C’est faisable, peu gourmand, idéal).

PNG - 70.6 ko
Les missions
Les différentes missions actuelles : Bluetooth, GPS et Shake

 Et c’est tout ?

Mais Allô quoi, le groupe il crée un jeu sans faire d’études SES quoi !!!
En fait si.
Grosse étude comportementale dans une mise en situation d’un groupe de 14 personnes. Les conclusions ???
Être attentif à la démotivation, c’est une situation fréquente où l’un des membres arrête de jouer (raisons diverses comme une mission jugée trop difficile) et c’est compliqué de sortir du jeu (il faut tout de même trouver la personne qui doit nous tuer pour le prévenir). Donc il faut pouvoir relancer un joueur ou pouvoir lui donner la possibilité de sortir de la partie sans trop de mal.

PNG - 1 Mo
Pimenter et améliorer
Schéma explicatif de la prise en compte de l’étude SES et de potentiel pimentations.

 Tout ça c’est cool mais si on parlait maintenant de son utilisation ?

Les personnes qui l’utilisent tout de même le plus sont les colonies et camps de vacances.

Aïe aïe aïe. C’est le point sensible. D’un point de vue personnel, je n’aime pas voir des enfants (même des ados) en permanence avec des portables, encore plus si le Bluetooth, le wifi et le GPS sont branchés et actifs sans arrêt.(je tiens à préciser que j’ai acheté mon premier portable (ultra basique) en intégrant mon école de télécommunication -à l’âge de 21 ans). Bien sûr je leur fait confiance pour les Smartphones eux-mêmes mais quid des ondes. Des études montrent bien qu’il faut se méfier. (Dans le cadre de mes études, créer une telle application , n’est pas tant un problème puisque nous sommes déjà au coeur des ondes : wifi, bluetooth, radio, téléphoniques, ... -une école de télécommunication avec un centre de recherche)
Bref, en premier lieu mon idée pour le groupe était de développer un boitier alternatif pour lequel on aurait plus confiance, mais il faudra tout de même émettre des ondes. La proposition n’a été refusé pour des raisons de réalisations. Nous n’avions aucune connaissance et créer tout (vraiment tout) depuis rien, c’est un peu difficile quand même.

En espérant de pas vous avoir ennuyé avec mon article.

Lutfalla Adrien.

Si vous êtes un peu plus intéressées par le jeu et l’application réalisée, vous pouvez aller voir PACT de S4NG

Et si vous voulez juste une approche sympathique vous pouvez regarder la vidéo que l’on a réalisé pour présenter le projet à l’école :
PACT de S4NG

PNG - 320.9 ko
Notre site
L’en-tête du site de présentation.


JPEG - 111.6 ko
Le projet PACT
Projet dans le cadre de la BCI de Télécom ParisTech


lutfalla,
date de publication : 11 mars 2015,
date de dernière mise à jour : 6 avril 2013


Soutenez l'association en partageant cette page autour de vous :

Voir également :



Derniers commentaires